Taking Action on Colonial Past and its Legacies

<< Retrouvez toutes les productions réalisées dans le cadre de ce projet >>

« Taking Action on Colonial Past and its Legacies » (TACLE) est une initiative coordonnée par Avocats Sans Frontières au lendemain de la mise en place de la Commission Spéciale sur le passé colonial de la Belgique.

Le décès de George Floyd aux États-Unis en mai 2020 a déclenché un mouvement global contre les injustices raciales. Dans les anciennes puissances coloniales européennes que sont par exemple la France et la Belgique, ce mouvement formule un ensemble de revendications liées non seulement aux préjudices actuellement subis par les populations racisées mais également aux préjudices historiques nés du passé colonial des pays en question. La dénonciation de ces injustices n’est pas nouvelle, comme en témoignent les conclusions du groupe de travail des Nations unies sur les personnes d’ascendance africaine suite à sa visite en Belgique en 2019.

A la suite de ces mouvements de protestations en Belgique, le Parlement fédéral a lancé la mise en place d’une « Commission spéciale chargée d’examiner l’Etat indépendant du Congo (1885-1908) et le passé colonial de la Belgique au Congo (1908-1960), au Rwanda et au Burundi (1919-1962), ses conséquences et les suites qu’il convient d’y réserver ». Initialement envisagée comme une commission de vérité et de réconciliation, ce dispositif a toutefois été requalifié comme une commission parlementaire, et donc politique.

Il n’en demeure pas moins cependant que son mandant implique toujours une mission de « faire la clarté sur le passé colonial de la Belgique » et de « formuler des recommandations sur la réconciliation ».

Les concepts de mémoire, vérité et réconciliation sont propres au domaine de la justice transitionnelle, dont les mécanismes sont généralement déployés dans des contextes post-conflits ou de transition démocratique. Leur transposition aux problématiques de gestion du passé colonial fait donc figure de nouveauté, ce qui implique pour les acteur.rice s impliqué.e.s de bien en saisir les contours pour pouvoir pleinement jouer le rôle qui est le leur.

Dans ce contexte, ASF coordonne ainsi une initiative qui vise à :

  • Documenter le travail de cette commission sur la gestion du passé colonial et ses conséquences et le diffuser au sein de la société belge, à l’échelle européenne et dans les pays anciennement colonisés.

Ce travail de documentation est actuellement réalisé en collaboration avec Amah Edoh, Professeure Assistante d’Anthropologie et d’Etudes Africaines au Massachusetts Institute of Technology (MIT)

  • Appuyer les mobilisations de la société civile dans le développement d’un agenda de plaidoyer portant sur les questions de mémoire coloniale, réconciliation et réparation auprès des institutions nationales et internationales.

Ce carrefour d’échanges entre expertises académiques et expertises militantes est organisé en collaboration avec un groupe de chercheurs de l’Université Libre de Bruxelles, Abdellali Hajjat, Amandine Lauro et Sasha Newell et Amah Edoh au MIT.

  • Impulser un dialogue entre les acteur.rice.s de la société civile et les acteurs institutionnels belges et européens sur la mise en place de politiques publiques relatives aux injustices historiques de la colonisation.


Productions d’ASF dans le cadre de l’initiative sur la mémoire coloniale en Belgique

© 2021, Avocats Sans Frontières. Tous droits réservés. Webmaster: Média Animation asbl