Back to the trial

26.04.2019 – Poursuite de l’audition des parties civiles

L’audience de ce jour était consacrée à la poursuite de l’audition de la partie civile 633002. La défense et la Cour l’ont interrogée ; nos observateurs ont retenu celles qui étaient pertinentes pour la suite du procès.

Au début de l’audience, la Cour a ramené à l’ordre l’avocat du prévenu Zitonda (Lionceau) qui avait posé des questions tendancieuses risquant de dévoiler l’identité de la victime. Lionceau a prétendu que la victime n’avait jamais vécu à Luvungi mais plutôt à Mirenge, village situé loin de là. Il est à noter que lors de son audition à la police en 2010 à la paroisse de Walikale, la victime était assistée par les mêmes avocats.

La victime a par ailleurs réaffirmé que Lionceau et Mayele dirigeaient les éléments FDLR et Mai-Mai lors de l’assaut de Luvungi, et que les biens pillés étaient transportés par les victimes de Luvungi jusqu’à la carrière.

Cheka a quant à lui remis en cause les procès-verbaux de Mayele en contestant la signature qui y figurait. La Cour a rétorqué qu’elle pouvait requérir un expert pour attester de l’authenticité de cette signature si cela paraissait opportun.

L’avocat de Cheka a questionné la partie civile sur le préjudice qu’elle avait subi. Cette dernière a répondu que ses biens avaient été pillés et que sa femme avait été violée. Elle a ajouté qu’un militaire qu’elle connaissait très bien avait été décapité par Cheka et qu’elle en avait été témoin.

Après avoir épuisé toutes les questions de la défense, la Cour a suspendu l’audience et renvoyé la cause à l’audience du 02 mai 2019.

© 2019, Avocats Sans Frontières. Tous droits réservés. Webmaster: Média Animation asbl