Lawyering for Change: Le changement par le droit, un chantier international

12 décembre 2016

Bruxelles, 12 décembre 2016 –  Il y a un peu plus d’une semaine, plus de 250 participants, dont une cinquantaine d’intervenants d’une quinzaine de pays à travers le monde, se réunissaient à Bruxelles pour la conférence d’ASF Lawyering for Change. Objectif : faire avancer ensemble la question du changement par le droit. L’évènement a mis en avant la nécessité d’élargir le rôle de l’avocat, et de renforcer le pouvoir d’agir des justiciables, face au manque d’accès à la justice dont souffrent des millions de personnes tant dans l’hémisphère sud que dans l’hémisphère nord.

Le manque d’accès à la justice est un frein au développement socio-économique et à l’état de droit dans la mesure où ces justiciables n’ont pas moyen de faire valoir leurs droits.

« Face à ce constat inquiétant, nous souhaitions mettre sur la table le rôle de l’avocat et de la société civile. Et cela a été le point de départ de notre conférence Lawyering for Change, c’est-à-dire le changement par le droit » explique Bruno Langhendries, expert Accès à la justice chez ASF.

Les 31 novembre et 1 décembre 2016, ce ne sont pas moins de 250 professionnels qui se sont réunis à Bruxelles : des avocats, des représentants de barreaux (RD Congo, Burundi, République Centrafrique, Tunisie, Népal, Belgique…) et de la société civile, des chercheurs et des spécialistes du développement.

Lors des sessions plénières et des huit ateliers thématiques, tous ont échangé sur leurs expériences et débattu autour d’enjeux tels que le rapprochement entre justice et justiciable, le contentieux stratégique, la nécessité d’influer sur les politiques d’accès à la justice, ou encore le lien entre accès à la justice et développement durable.

Au terme de ces débats, deux tendances semblent s’être dégagées.

Tout d’abord, selon M. Langhendries, « pour répondre aux besoins des justiciables les plus défavorisés, l’avocat de demain devra être davantage en interaction avec d’autres acteurs, comme les para-juristes, des médecins ou des services d’assistance sociale ».

Ensuite, le legal empowerment est un facteur de changement important pour un meilleur accès à la justice. « Il faut renforcer le pouvoir d’action des justiciables et des communautés, afin de faire de leurs droits une réalité », estime l’expert ASF.

Un rapport complet des sessions et ateliers sera publié sur le site d’ASF avant la fin du mois de décembre.

ASF remercie tous les participants, intervenants, sponsors et soutiens pour leur contribution à la conférence.

Les photos de la conférence sont disponibles sur notre compte Flickr.

Published in Accès à la justice et développement | News

© 2017, Avocats Sans Frontières. Tous droits réservés. Webmaster: Média Animation asbl