«Si vous êtes convaincu, alors oui, faites un don»

21 septembre 2016

Bruxelles, le 21 septembre 2016 – Pour que l’accès à la justice soit durable, la capacité d’acteurs internationaux comme ASF doit également être durable. C’est en substance le message que lance la Directrice générale d’ASF, Francesca Boniotti, à l’occasion de la sortie du Rapport annuel 2015 de l’ONG.

Question: Quel en est le fil rouge du Rapport annuel 2015 d’ASF?

Francesca Boniotti (F.B.): Pour moi, c’est d’abord toute l’énergie et l’expertise que nos équipes sur le terrain et au siège ont investies dans un objectif unique: améliorer les conditions de vie des populations en leur donnant les moyens d’avoir accès à la justice. Ensuite, grâce à nos projets et nos études, nous avons pu démontrer de manière tangible à quel point l’accès à la justice est essentiel pour combattre les inégalités, instaurer une paix durable et soutenir le développement durable. En ce sens, le fait que la dimension «justice» ait été intégrée aux Objectifs de développement durable* fin 2015 conforte l’action qu’ASF entreprend depuis plusieurs années déjà.

Q.: Pensez-vous que le travail d’ASF dans des pays post conflit ou en transition se complique d’année en année?

F.B.: C’est une question complexe. Avant tout, rappelons que, depuis toujours, ASF travaille dans des pays qui sortent de crises majeures et/ou violences généralisées. Nous étions au Rwanda après le génocide. Aujourd‘hui, nous avons un projet en République Centrafricaine. Ce qui complique notre travail, c’est quand des pays rentrent à nouveau dans une phase d’instabilité politique, comme c’est le cas au Burundi, ou potentiellement en RD Congo. Les bailleurs de fond suivent avec très grande attention ce qui se passe et peuvent décider de postposer le financement de projets en fonction de la situation sur place. Cette incertitude peut impacter directement sur nos ressources financières et, du coup, limiter notre capacité à intervenir au profit des justiciables en situation de vulnérabilité.

Q.: Parlons justement des financements. Quelle est la situation pour ASF?

F.B.: Elle est paradoxale. Avec l’aide de la Coopération britannique (UK aid), ASF a pu bénéficier d’un financement structurel essentiel. A titre d’exemple, ce soutien nous a permis de développer des projets dans de nouveaux contextes, comme la Tunisie et le Myanmar, sans attendre les appels à propositions initiés par les bailleurs. Grâce à ce financement, nous avons amélioré nos analyses du contexte, développé des projets innovants plus adaptés aux besoins des populations ainsi que des partenariats solides avec des acteurs nationaux. De manière générale, notre réactivité, notre adaptabilité et notre expertise sont plus fortes que jamais. Malgré çà, l’accès à des financements est de plus en plus difficile, ce qui impacte sur notre capacité à soutenir les populations à faire valoir leurs droits.

Q.: Vous lancez un appel au don?

F.B.: Bien sûr. Parcourez notre rapport d’activité. Vous y trouverez les chiffres mais aussi les témoignages de celles et ceux qui ont pu faire valoir leurs droits, et de nos partenaires. Si vous êtes convaincu, alors oui, faites un don. Votre soutien permettra à nos équipes de poursuivre leur travail.

* ODD 16 : promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.

Photographie de couverture:  ©ASF

Published in Burundi | République centrafricaine | Tchad | RD Congo | Egypte | Maroc | Myanmar | News | Soutenir ASF | Tunisie | Ouganda | Zambie

© 2017, Avocats Sans Frontières. Tous droits réservés. Webmaster: Média Animation asbl