L’accès à la justice au programme post 2015

19 décembre 2013

Bruxelles/New York, le 19 décembre 2013 – Avocats Sans Frontières (ASF), avec d’autres organisations de droits humains de par le monde, demande que l’agenda de développement post-2015 soit intégré dans un cadre de droits humains pour d’en assurer la durabilité et la justice. Il est particulièrement important pour ASF de souligner le rôle de l’accès à la justice en tant que droit humain garantissant tous les autres droits.

ASF est l’une des plus de 300 organisations non gouvernementales et de la société civile à avoir signé la déclaration « Human Rights for All Post-2015 ». Celle-ci a été présentée au Groupe de travail à composition sur les objectifs de développement durable  de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York la semaine dernière.

Établis en 2000 par la communauté internationale, les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) comprenaient des objectifs tels que l’éradication de l’extrême pauvreté et la promotion de l’autonomisation des femmes, qui devaient être concrétisés pour 2015. « Alors que cette date approche à grands pas, il est clair que les objectifs ne seront pas atteints. Ceci  est largement dû au manque d’emphase à toucher les personnes les plus vulnérables et marginalisées de la société. », explique Francesca Boniotti, directrice générale d’ASF.

Les gens vivant dans la pauvreté ont moins de capacités d’avoir accès à la justice que les autres. Ils courent, par exemple, plus de risques d’être mis en détention préventive illégale sans avoir accès à un avocat, à de la nourriture, de l’eau ou des installations sanitaires décentes. Leurs familles risquent de perdre leur emploi ou la possibilité d’envoyer les enfants à l’école.

Sans accès à la justice, les gens sont moins capables d’utiliser leurs libertés d’expression et de presse pour protester contre les systèmes non transparents et corrompus qui détournent les ressources du financement des services publics, freinant la capacité des gens à exercer leurs droits à la santé et à l’éducation.

« Le développement ne peut être possible que lorsque les gens ont un contrôle plus important sur leurs propres vies et peuvent prendre des décisions pour concrétiser leurs droits et améliorer leur situation selon leurs propres priorités. », déclare Boniotti. « L’accès à la justice est nécessaire pour que ces personnes puissent protéger et défendre ces droits, et jouer un rôle actif dans leurs communautés. »

Pour ASF, il est essentiel que le cadre post 2015 reconnaisse le rôle crucial de l’accès à la justice pour garantir le respect de tous les autres droits et objectifs. Ce n’est qu’à cette condition que le programme de développement sera sûr de responsabiliser les gens en leur permettant d’atteindre leur potentiel complet dans une structure promouvant la démocratie, la loi et la paix durable.

Lire la déclaration « Human Rights for All Post-2015 ».

Lire la note ASF « Comment l’accès à la justice aide à réduire la pauvreté » (mai 2013).

Regarder la  vidéo ASF « Rendre la justice accessible améliore les conditions de vie des individus ».

Photo de couverture: © ASF/I. Van Gisbergen

Published in Pays | Thématique | Droits économiques, sociaux et culturels | Défenseurs des droits de l'Homme | News | Autres

© 2017, Avocats Sans Frontières. Tous droits réservés. Webmaster: Média Animation asbl