Pour que les femmes aient un avenir

27 avril 2012

Kampala, Ouganda, 27 avril 2012 – Avocats Sans Frontières (ASF) lance un appel en faveur d’un soutien durable pour faciliter l’accès des femmes – dont beaucoup sont vulnérables  – à la justice en Ouganda. Les autorités locales et nationales ougandaises devraient renforcer les efforts entrepris pour assurer aux femmes et aux jeunes filles un meilleur accès à la justice, élément crucial de garantie d’avenir.

Les besoins des femmes ougandaises en matière de justice sont essentiellement liés à la lutte contre les violences sexuelles et liées au genre, la traite des enfants, la promotion du droit de propriété et des droits de succession. « Nous nous sommes attaqués à ces problèmes parce qu’ils affectent les femmes dans leur épanouissement économique et social ainsi que dans leurs possibilités de vivre dignement», explique Séverine Moisy, Chef de mission ASF en Ouganda.

Dans la région du sud de Teso, située au nord-ouest du pays, ASF, en collaboration avec l’Association Ougandaise des femmes avocates (FIDA-UGANDA), a travaillé ces trois dernières années à l’amélioration des droits des femmes. Grâce à cette collaboration, l’éducation à la justice et la sensibilisation ont directement touché plus de 18.000 personnes. Ces efforts ont permis aux femmes et jeunes filles d’être informées de l’existence de mécanismes de réponse contre les violences sexuelles, des lois sur la traite des êtres humains et de la législation relative à la violence domestique. « Nous sommes convaincus, que grâce à ces connaissances, les jeunes femmes seront mieux préparées pour défendre leurs droits et demander une aide juridique, si elles font l’objet de violences », estime la responsable de FIDA-UGANDA, Dr. Maria Nassali.

Woman and child in Uganda - G Van Moortel

Copyrights ASF/Gilles Van Moortel

L’aide fournie en matière de violences domestiques comprenait également un soutien médical, le transfert des victimes vers les lieux de refuge et des domiciles alternatifs ainsi que l’introduction de plaintes devant les juridictions compétentes. 

Nombre de jeunes filles aspirent à un avenir. Pour cela, il est indispensable d’assurer des politiques et pratiques culturelles, sociales et gouvernementales qui respectent la dignité des filles et des femmes. A Teso, ASF et FIDA-UGANDA ont activement promu les droits économiques et socio-culturels des femmes. Les deux organisations ont également conscientisé les autorités policières et judiciaires aux difficultés ou parfois à l’impossibilité pour les femmes d’accéder à la justice.

L’Union Européenne et le Gouvernement Belge ont financé le projet ASF-FIDA Ouganda sur l’Accès à la justice et la lutte contre la traite des enfants à Teso, qui a pris fin le mois dernier. Cependant, nombre d’obstacles à un accès efficace des femmes à la justice subsistent et doivent être abordés. « Nous encourageons maintenant les autorités locales et nationales à mettre en place des dispositifs permettant aux plus vulnérables – parmi lesquels de nombreuses femmes – d’accéder à la justice. Nous invitons également les médias et la société civile à prendre part à ce processus », conclut Séverine Moisy.

Published in News | Ouganda | Droits des femmes

© 2017, Avocats Sans Frontières. Tous droits réservés. Webmaster: Média Animation asbl