Etre avocat en… Tunisie

Maître Khaled Aouainia, avocat pénaliste 

Maître Aouainia est originaire de Sidi Bouzid, une ville située à 270 kilomètres au sud de Tunis. Après l’obtention de son diplôme en droit en 1998, il défend de nombreuses « victimes de l’autorité » : syndicalistes, chômeurs, étudiants détenus en prisons, ou encore des salafistes. Fin 2010, il s’adresse à la foule rassemblée devant le Bureau du Gouvernorat à Sidi Bouzid, suite à l’immolation d’un marchand au même endroit. La police intervient brutalement pour mettre fin au rassemblement, un incident que beaucoup considèrent comme le début de la révolution en Tunisie. Me Aouainia est actuellement avocat à la Cour de Cassation et prépare son Doctorat.  

Selon vous, quelles doivent être les qualités premières d’un bon avocat ?

Pour moi, le bon avocat est celui qui « vit ce que son client vit ». Il doit être bien formé, rigoureux et… honnête. Car il y a des avocats corrompus. Malgré ça, la population accorde une certaine confiance aux avocats dont la présence a limité la violence policière, notamment à Sidi Bouzid où débuta la révolution. Près de la moitié de la centaine d’avocats de la région était aux côtés des gens lorsqu’ils ont manifesté devant le Tribunal de la ville. Dans de telles circonstances, l’avocat a un rôle d’encouragement dans la défense de causes sociales.

Ce rôle actif est particulièrement important en Tunisie aujourd’hui, où la justice est en pleine transition…

Absolument. Je dirais même que l’avocat a le premier rôle. C’est surtout vrai pour les avocats « militants ». Ils sont très proches des victimes de l’injustice, connaissent bien les procédures et ont une grande expérience en plaidoirie. J’ajoute que les juges ont aussi un rôle important. Et ce même si 99 % des 1.500 juges en Tunisie ont été des véritables « instruments » dans la poursuite des opposants au régime de Ben Ali.

Vous évoquez le concept d’ « avocat militant ». Qu’entendez-vous par là ?

Je suis convaincu que ce qui s’est passé dans notre pays n’était pas une révolution mais un coup d’Etat parce que, dans le fond, rien n’a changé. Il y a autant de corruption par exemple. C’est précisément ce type de phénomène que l’ « avocat militant » doit combattre. Ensuite, il doit être en phase avec les composantes de la société civile. Je pense aux syndicats qui ont besoin de conseils juridiques. Enfin, l’avocat ne doit pas accepter de responsabilités politiques. Sa vraie place n’est dans un fauteuil de Ministre mais dans les couloirs des tribunaux. L’ « œil » qui observe la stricte application du droit, c’est lui !

Comment la justice tunisienne peut-elle réussir sa transition ?

En étant autonome du pouvoir politique. Elle doit fonctionner en totale indépendance. Tout comme l’avocat qui doit dépasser ses convictions idéologiques et défendre les victimes de l’injustice, qu’elles soient gauchistes, libérales ou islamistes. Un autre aspect très important est la mentalité qui règne encore chez trop de policiers. Malgré une certaine sécurité juridique et le changement de gouvernement, des pratiques comme la torture persistent. Il y a un sentiment d’impunité. Il y aura un vrai changement lorsque le policier ne se considéra plus comme un gardien du « système » mais de la « société ».

Décembre 2012


Tunisie

  • Capitale : Tunis       
  • Langue officielle : Arabe
  • Population : 10.7 million
  • Espérance de vie à la naissance: 75 ans
  • PNB par habitants (PPA): 7.281 USD
  • Nombre d’années à l’école : 6.5
  • Taux d’alphabétisation des plus de 15 ans : 77.6
  • Classement IDH* : 0.698 (n° 94 de 187 pays)
  • Type de gouvernement : Republique
  • Nombre d’avocats: (1 par 1312 habitants)
  • Dont dans la capitale: 4000

* IDH = Indice de Développement Humain, calculé par la moyenne de trois indices relatifs à la santé/longévité (espérance de vie à la naissance), au niveau d’éducation (taux d’alphabétisation) et au niveau de vie (logarithme du PIB/hab. en PPA)

Sources: http://hdr.undp.org/en/statistics/hdi/ & http://www.statistiques-mondiales.com/

© 2017, Avocats Sans Frontières. Tous droits réservés. Webmaster: Média Animation asbl